Comment entraînons-nous notre cerveau à haïr notre corps ?

miroirQuand vous regardez votre corps dans le miroir, où est ce que votre attention est attirée en premier ? Si vous êtes comme la plupart des femmes, vos yeux vont instantanément être conduits vers les parties de vous-même que vous voulez changer, les parties que vous détestez. Vous zoomer sur vos problèmes.

Peut être rentrez-vous votre ventre ou utilisez-vous vos mains pour lever ou tendre quelque-chose qui s’affaisse, et vous maudissez votre corps pour regarder ce que ça donne. Pourquoi n’êtes-vous pas différente ? Hein.

Si ce vilain petit rituel vous est familier, vous n’êtes pas la seule. La plupart d’entre nous, ne croient vraiment pas ceux qui nous disent qu’on est bien (ou même géniale !). Et nous autorisons les pensées négatives à propos de notre apparence, nous dicter comment agir. Nous décidons de nous habiller d’une certaine manière, de nous comporter d’une certaine manière, et de poursuivre certaines carrières et relations, toutes fondées sur comment nous pensons que nous sommes. Ce comportement est tellement courant que nous reconnaissons à peine à quel point c’est le bazar.

Réalisez combien vous entendez souvent les gens dire des choses telles que : « Oh, j’ai vraiment besoin de me remettre en forme » quand ils remarquent une partie de leur corps qui gigotte ou qui tremblotte. Nous acquiesçons tous et sommes d’accord pour faire comme si nous ne remarquions pas que ce qu’ils disent réellement c’est : « Je souhaite être différent », ou même « je me dégoûte moi-même ». Nous nous baladons en répétant des phrases enrobées du sucre de l’autodérision, nous supportant aveuglément les uns les autres dans nos mauvaises habitudes.

Mais le problème n’est pas votre corps. Ne me faites pas dire de bêtises, être en forme est génial. Je suis super fan. En plus, le processus d’apprentissage est une grande bénédiction pour vous même. Mais, être obsédé à propos de ce que vous voulez changer (ou comment) vous tient éloigné du vrai problème. Le vrai problème, c’est comment le cerveau traduit ce qu’il voit et comment vous l’avez entrainé à traduire qui vous êtes.

La blague que vous fait votre cerveau

Votre cerveau est constamment en train de former une image fondée sur toutes les indices et les informations qu’il reçoit via vos sens et vos sentiments. Les hormones, qui répondent à vos états mentaux et émotionnels, affectent cette image. Par exemple, juste après le sexe, alors que vous êtes allongé, baigné dans l’ocytocine et la dopamine, votre partenaire vous paraît très beau, non ?

Ou, disons que votre ex sort maintenant avec une (supposée) blonde super belle. Alors que vous l’espionnez sur Facebook (pas de jugement), votre cerveau va changer son image de telle manière, qu’à vos yeux, elle n’ai plus du tout l’air attirante. Votre esprit trouve des indices pour confirmer qu’elle ressemble à une pétasse stupide qui ne serait pas si jolie sans tout ce maquillage. Si vous avez déjà rencontré cette fille dans d’autres circonstances, alors votre cerveau aura réuni des images totalement différentes. Et si elle s’approchait timidement de vous au bureau en espérant quelques conseils, elle paraitrait alors irrésistible !

Le point c’est que votre cerveau utilise constamment les indices dans le contexte et aussi comment vous vous sentez à propos des choses de la vie pour former l’image de ce que vous voyez.

Ce que nous voyons quand nous regardons dans le miroir

La plupart des femmes se sont inconsciemment entrainées elles même à chercher (et à trouver) tous les défauts de leur visage et de leur corps. Au cours des années (spécialement les années formatives durant la puberté), beaucoup de filles et de femmes vont regarder dans le miroir et se plaindre. Peut être que ce sera une habitude si engrangée, un rituel tellement automatique de haine de soi, que vos yeux vont inévitablement aller droit vers ces défauts chaque fois que vous voyez ce reflet.

Nous avons entrainé cette compétence depuis si longtemps, et si souvent que quelques fois, nous ne pouvons même plus voir ce que les autres gens trouvent beau ou sexy en nous. Nous ne sommes pas volontairement rudes quand nous ne sommes pas d’accord avec les compliments qui nous sont fait. Cela paraît juste évidemment faux.

natte

Ce à quoi nous nous entrainons détermine les résultats que nous voyons. Nous nous sommes exercé toute notre vie à de la mauvaise estime de nous et à avoir une image négative de notre corps. Mais cela ne signifie pas que nous soyons bloqués. Avec toute l’expérience que nous avons de notre cerveau dans ce bazars, nous pouvons l’en sortir.

8 trucs pour entrainer votre cerveau à aimer votre corps

1.    Regardez le positif,

Quand vous regardez votre visage ou votre corps dans le miroir (ou des photos), dirigez volontairement votre regard vers les choses que vous aimez à propos de vous même – et attardez vous. Dites des choses gentilles à leur propos et laissez-vous imaginer comment les autres gens les admirent également.

2.   Embrasser l’image générale

Laissez vos yeux vagabonder légèrement à la surface de votre visage et de votre corps, sans s’arrêter ou penser à ce que vous voulez changer.

Vous êtes plus qu’un assemblage de morceaux. Vous êtes une personne entière, et vous méritez d’être considérée dans votre ensemble.

3.   Réalisez que vous avez le choix

Allez-vous vous trouver endormie dans des habitudes négatives ? Bien sûr ! Mais souvenez-vous que vous avez le choix : allez-vous le donner aux vieilles habitudes ou allez-vous choisir de nouveaux schémas ?

4.   Impressionnez-vous

Défoncez tout au travail, repoussez vos limites à la gym, apprenez une compétence ingénieuse. Ce que c’est, n’a pas d’importance, tant que vous pensez que c’est impressionnant. Se concentrer sur ce que vous pouvez faire, au lieu de ce à quoi vous ressemblez, est une partie importante de la reprogrammation du cerveau.

5.   Explorez votre corps

Prenez rendez-vous pour… vous masturber ! (Oups, on y est !) Vous feriez mieux d’explorer alors, prenez votre temps. Remarquez les lignes et les courbes de votre corps. Imaginez ce qu’un amoureux (passé, futur ou imaginaire !) doit voir quand il vous regarde. Admirez et explorez-vous depuis ce point de vue ou de n’importe quel autre point de vue qui vous permette de vous voir juste bien.

6.   Exercez-vous à arrêter de vous comparer aux autres femmes

Nous avons chacune nos propres cadeaux à offrir, et la beauté des autres femmes ou leurs succès, ne nous enlèvent pas les vôtres. Vous ne compareriez pas une rose à une marguerite et ne concluriez pas que l’une est belle et l’autre moche.

7.   Et souvenez-vous qu’elles sont aussi humaines

Même la plus « parfaite » des femmes a un paysage émotionnel riche et chaotique, rempli de ses propres perceptions tordues, insécurités, ou difficultés. Cela peut paraître idiot ou fou d’imaginer qu’une femme magnifique et bien faite puisse se sentir mal à l’aise, mais vos propres insécurités peuvent sembler idiotes ou folles à quelqu’un qui est moins bien fait que vous.

8.   Souvenez-vous que vous démolissez une vie entière de critique du visage et du corps.

Cela ne va pas arriver en une nuit. Pratiquez. Soyez patient. Ayez de la compassion. Continuez d’avancer.

 

traduit de l’américain par mes soins. C’est une publication invitée, écrite par Jessi Kneeland, qui apparaît originellement sur JessiKneeland.com.

Pour apprendre plus à propos d’elle, lisez son blog, et suivez là sur Twitter, Facebook et Instagram.

Publicités

2 réflexions sur “Comment entraînons-nous notre cerveau à haïr notre corps ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s